Bouquet de fleurs

Les végants sont extrêmes : mon avis avant / après

 

Je reviens plus joyeuse, comme je vous l’avais promis. C’est toujours un peu le bordel dans ma tête, et comme le ménage et moi ça fait 25 (oui j’ai choisis le nombre 25 de façon totalement aléatoire), ça risque de prendre un peu de temps. Je pars en vacances dimanche, ça devrait me faire du bien. Quoi qu’il en soit, pour me changer les idées, j’ai eu envie de constater mon évolution concernant le véganisme #secteextrémiste

Il s’agit d’une sorte d’avant/après sur mes réflexions autour de tout ça. Peut-être que vous aussi vous vous reconnaîtrez ! Oui ! Toi aussi joue au jeu du avant/après ! #slogandepubpourrite

Vous le savez peut-être, j’essaie de devenir vegan, pour plusieurs raisons, et pour les connaître, je vous conseille de lire cet article. Si je m’étais dit il y a quelques années que je voudrais le devenir, je n’y aurais certainement pas cru. Végétarienne, peut-être mais vegan… je suis pas aussi extrême quand même ! Tout ça pour dire qu’on change d’avis dans la vie et que parfois on a des a priori.

J’ai découvert le végétarisme au collège, grâce à un ami, j’en parle ici. Je trouvais ça louable mais vraiment pas réalisable pour moi, et surtout pas si utile. Si c’est pour sauver une poule parmi la masse… la fameuse « goutte d’eau dans l’océan ».

 

 

 

Idée reçue numéro 1 sur les vegan

 

Avant

« Tout seul on sert à rien »

 

Après

 « Chaque individu a un impact »

 

Changer ses habitudes, ça implique beaucoup de compromis et ce n’est pas forcément facile. Il faut donc une bonne raison et il faut qu’on ressente que nos actions sont utiles. Arrêter de manger des animaux.. oui mais pas pour rien quoi. Alors, dans un premier temps ce n’est pas pour rien. Si on ne cautionne pas ce qui est fait aux animaux, arrêter d’y contribuer c’est respecter ses valeurs. C’est plutôt égocentrique, mais ça n’en reste pas une raison plus que valable. Et enfin, non, nous ne sommes pas seuls.es. Dans son cercle d’amis.es/famille, peut-être. Mais en devenant végétarien.ne, vous inciterez peut-être quelqu’un d’autre à le devenir, pour être deux, puis trois. C’est ce qui se passe d’ailleurs. Et puis sur le net, il y a une grande communauté qui se fera un plaisir de vous accueillir. Et en agissant individuellement, les résultats sont quand même conséquents, que ce soient des résultats sur l’environnement, sur le nombre d’animaux tués, ou sur la santé.

Bilan effet de serre régimes alimentaires sur un an

 

 

 

Idée reçue numéro 2 sur les vegan

 

Avant

« Trop difficile de ne plus manger d’animaux, j’aime trop ça »

 

Après

« On peut se défaire d’habitudes alimentaires »

 

« J’aime trop manger de la viande, du fromage, des oeufs, je ne pourrais pas m’en passer ». Bein ouais, moi je mangeais quasiment de la viande tous les jours. Et manger certaines choses, ça rend addict. Une addiction c’est pas simple à combattre. Alors c’est parfois décourageant de se retenir et de se passer de fromage ou de lait. Et tout ça on en trouve partout dans le commerce. La tentation est là. Perso, c’est le fromage. Et comme le fromage végétal n’est pas dispo à tous les coins de rue, c’est pas facile. Je reviens de loin, j’en mangeais tout le temps, il fallait qu’il y en ai a chaque plat. Mais il ne s’agit que de gout, de plaisir gustatif. Autrement dit, ce n’est pas insurmontable. J’ai considérablement réduit ma consommation de fromage, je n’en achète plus et je trouve des alternatives. Quand on sort c’est pas la même histoire mais il ne s’agit que de choix. Une fois pris, c’est plus simple. Et non, manger vegan ce n’est pas insipide. Non, si on se passe de fromage, de charcuterie, on n’est pas « triste », on ne passe pas à côté de quelque chose. Déjà on sait le gout que ça a, n’oubliez pas, on ne naît en général pas vegan. Et puis, on ne le fait pas pour ça, on a des convictions et on s’y tient. On se fait plaisir avec d’autres plats.

 

Sources

Slate – la dépendance à la nourriture

Atlantico.fr – la nourriture peut générer de véritables addictions

 

 

 

Idée reçue numéro 3 sur les vegan

 

Avant

« Les vegan ne mangent rien et ce n’est pas bon »

 

Après

 » Il existe beaucoup d’ingrédients et de plats bons et même gras, si je te jure »

 

Comme on a l’habitude de manger des animaux et des produits d’origine animale, et qu’il y en a dans presque tout, on a l’impression que de s’en passer cela revient à ne rien manger. Alors que c’est totalement faux. Pour preuve quelques photos de plats. Et c’est très bon. On découvre de nouveaux aliments, consomme plus de légumes et on apprend à cuisiner. N’oubliez pas que l’assaisonnement a une grande part dans le gout d’un plat.

Je vous laisse quelques photos du blog Full Of Plants pour vous donner l’eau à la bouche !

Aliments pour un régime végétalien

 

 

 

 

Idée reçue numéro 4 sur les vegan

 

Avant

« Je vais avoir des carences »

 

Après

« Je fais attention à ma santé et je n’ai pas de carences »

 

Un a priori qui sort souvent c’est le fait que les végétarien.nes et vegan ont des carences. On en entend beaucoup parler par les médecins par exemple. Sachez que ces derniers ne sont pas toujours de bons conseils. Ils sont souvent sollicités pour vendre certains produits et promouvoir certaines pratiques. Ah la déontologie, le serment d’Hippocrate toussa toussa. Attention, je ne suis pas complotiste hein, je dis juste que beaucoup sont des illuminati reptiliens c’est tout… Non plus sérieusement, je fais attention à ce que je mange, je m’informe sur les apports nutritionnels et sur les aliments qui me conviennent puis je fais des bilans sanguins. Les végétaux apportent les mêmes bénéfices, pas de la même façon mais quand même.

Alors il ne faut tout de même pas faire l’impasse sur le seul complément incontournable absent des végétaux : la B12. Cette vitamine est essentielle au bon fonctionnement du cerveau et on a l’habitude de la retrouver chez les animaux. La vache la produit naturellement par exemple. Du coup, il faut se complémenter en vitamine B12 pour ne pas en manquer lorsqu’on est végétarien.ne ou végétalien.ne. A part ça, il suffit de manger des légumes, des fruits, des noix, des légumineuses, laits végétaux, algues, féculents, et j’en passe, afin d’avoir un régime équilibré. Sachez aussi que l’on peut être omnivore et être carencé. C’était mon cas avant, avec le fer, mais ce n’est plus le cas !

 

Sources

Sources de nutriments des aliments végétaliens

La vitamine B12

 

 

 

 

 

Idée reçue numéro 5 sur les vegan

 

Avant

« Je ne peux pas m’amuser avec les autres si je ne mange pas pareil »

 

Après

« Je vis autrement mais je suis la même personne »

 

Ce serait faux de dire qu’en devenant végétarien.ne ou vegan, on ne subit pas de moqueries ou de pics. Au début ça énerve et ensuite … ça énerve aussi mais… c’est un bon énervement (t’as compris la référence ?). A force on ne relève plus, ça ne touche plus. Si les gens voient que ça ne vous atteint pas, soit ils laisseront tomber, soit il vous laisseront tomber. Dans tous les cas, ce sera une bonne chose. Et beaucoup s’en ficheront et vous laisseront faire votre vie, allant même à s’intéresser et à vous poser des questions. C’est bien entendu plus simple quand on vit chez soi, sans ses parents, car être dépendant.e nous place dans une situation délicate. Mais il faut faire de son mieux en sachant qu’un jour on pourra faire comme on le souhaite. Cela se complique un peu à l’extérieur car l’offre n’est pas toujours présente et ça peut être galère de trouver un restaurant ou une activité vegan. Disons qu’il faut préparer un peu à l’avance et prévenir ses ami.es. Les premières fois seront un peu hasardeuses puis cela deviendra une habitude.

Retrouvez une liste de restaurants végétaliens et boutiques vegan sur Lyon sur mon blog ainsi que sur les sites Vegoresto et Vegetannuaire qui répertorient les restaurants végétaliens partout en France.

 

 

 

 

Idée reçue numéro 6 sur les vegan

 

Avant

« Le lait et les oeufs c’est pas si dramatiques, on ne fait pas de mal »

 

Après

« L’exploitation animale n’est pas éthique »

 

Les gens (et moi avant) ont pour la plupart bien compris que tuer des animaux, ça ne leur faisait pas forcément plaisir #euphémisme. Tuer est un acte choquant et il est normal de culpabiliser. C’est plus simple de faire comprendre le végétarisme. Mais lorsqu’on parle de véganisme, d’absence totale d’exploitation animale, c’est un peu plus compliqué. Avant je me disais que prendre le lait des vaches, ça ne leur faisait pas de mal, encore plus pour les oeufs que l’on ne fait que ramasser. Sauf que lorsque l’on commence à gratter on apprend des choses pas jolies jolies. Afin de produire plus, il faut une cadence industrielle. Les pratiques agricoles habituelles sont loin d’être idéales pour les animaux, et même en France.

Pour faire du lait par exemple, il faut une vache (noon sans dec’) et il faut qu’elle soit enceinte. Il n’existe pas de vache naturellement laitières. Elles le deviennent parce qu’on le décide. Et pour cela on les insémine. On force un animal à enfanter quand même. Ensuite, pour profiter un maximum du rendement de la vache, on récupère le veau qui finit en général à l’abattoir. Je ne vais pas continuer là-dessus car ça risque d’être très long mas je vous conseille de faire un tour sur le blog de Antigone XXI. Et il ne s’agit pas seulement de conditions d’élevage. Il s’agit de respecter l’animal comme on le ferait avec un humain. Le considérer libre. S’opposer au spécisme qui considère que certaines espèces ont plus de valeur que d’autres (« oh trop mignon ce chien, je reprendrais bien un peu de jambon »). C’est pour cela que les vegan s’opposent à n’importe quelle forme d’exploitation animale.

 

 

 

Idée reçue numéro 7 sur les vegan

 

Avant

« On est naturellement omnivores, on a toujours fait ça »

 

Après

« Nous évoluons constamment, tout ce que nous faisons n’est pas naturel ou respectable »

 

Alors déjà, nous ne sommes pas carnivores mais omnivores, c’est à dire que nous pouvons (et non pas nous devons) manger de tout. C’est pour tous les gens qui nous comparent aux lions. C’est débile, c’est tout. J’avais l’habitude de penser que nous devions manger des animaux, que c’était comme ça que nous avions toujours fait. Mais quand on y pense, il y a beaucoup de choses que nous faisions/faisons et qui sont affreuses. C’est le propre de beaucoup de traditions comme la corrida, le festival de Yulin en Chine, l’esclavage, la fourrure,… Le fait de faire quelque chose depuis longtemps ne lui apporte pas forcément de crédit. Dans notre société et avec l’évolution des technologies et procédés, nous pouvons arrêter d’exploiter les animaux. Nous en avons la capacité. De même, internet ce n’est pas naturel, s’habiller non plus, énormément de choses ne sont pas naturelles. Ce n’est pas une raison pour les éradiquer de nos vies.

 

 

Bon, mon avis a pas mal changé comme vous pouvez le voir. C’est dû à beaucoup de recherches et je vous incite vraiment à vous renseigner avant de vous faire des a priori et ce sur tous les sujets. On constate souvent qu’on ne savait pas tout. On a aussi parfois peur de changer les choses, car la routine a quelque chose de réconfortant. Mais je suis contente d’en être arriver là et je ne regrette pas d’avoir changé. Je reste d’ailleurs continuellement en questionnement et je ne m’arrête pas sur une décision. J’espère que cet article vous aura fait comprendre que nos avis peuvent changer et aussi que ça aura répondu à quelques questions par la même occasion. N’hésitez pas à interagir, cela me ferait plaisir de connaître votre point de vue sur le sujet.

 

 

Quelques liens intéressants :

L214

Associations de protection des animaux

Vegan Pratique

Viande Info

Les carencés

 

 

 

Sur quel sujet vous avez complètement changé d’opinion ?

Comment c’est arrivé ?

 

 

 

Signature Affectueusement Votre

 

 

 

Abonne-toi au blog !

 

 

4 Comments

  • Reply Elisa 10 août 2017 at 12 h 51 min

    Je trouve ton post très intéressant et très intelligent, et c’est une manière originale de présenter la chose ! J’espère que beaucoup de gens vont le lire 😊
    En ce qui me concerne, je n’ai jamais perçu le veganisme comme extrême, car je considère que vouloir épargner les animaux ne peut en aucun cas être extrême. J’ai toujours vu ça comme ce qu’il y a de mieux et de plus louable sur terre, et je suis plutôt triste de n’avoir aucun ami(e) vegan, je ne rencontre jamais ce genre de personnes !

    • Reply affectueusementvotre 10 août 2017 at 13 h 11 min

      C’est bien d’avoir toujours pensé comme ça !
      Ne t’inquiète pas je n’en rencontre pas non plus. Il faut forcer le destin ! Tu es de quel coin ?

      Merci en tout cas pour ton commentaire, cela me fait plaisir 🙂

  • Reply Amandine Rodriguez 23 août 2017 at 12 h 15 min

    Ton article est très bien mené, je me retrouve dans beaucoup de choses ! Je suis végétarienne depuis plus d’1 an, je consomme encore du fromage et du miel, mais je suis sûre de passer le cap végétalienne dans quelques temps ! Merci pour cet article, Amandine
    http://www.wildamanda.com

    • Reply affectueusementvotre 23 août 2017 at 12 h 18 min

      Merci à toi pour ce commentaire !

      Bravo pour être passée végétarienne, à peu près en même temps que moi en fait. Et si tu as besoin d’échanger autour du véganisme, n’hésite pas 🙂

    Laisser un commentaire