Fleurs posées sur un mur en brique gris

MOOD // Week-end & remise en question

 

Première sur le blog, j’écris un peu pour me livrer. Sans objectif particulier, si ce n’est extérioriser ce que j’ai dans la tête en ce moment (d’où le titre « MOOD »). C’est un peu la base d’un blog vous allez me dire. Mais j’ai plutôt l’habitude de proposer des articles pour vous aider, vous informer et vous donner des idées sur différents sujets. Celui-ci ne sera pas de ceux là. Il se peut même qu’il ne vous soit absolument pas intéressant. Je vous aurai prévenu.es haha

Je sors d’un week-end avec mes grandes copines Elodie et Emilie, dans notre belle capitale et à l’heure ou j’écris cet article c’est lundi. Les lundi ça pue, surtout quand on taffe et qu’on n’est pas passionné.e par ce qu’on fait. Tout le monde est en vacances et je tourne complètement au ralentit. Je pense à mon blog et je me demande ce que je pourrais vous raconter. Pas d’idée particulière en tête. Puis je repense à l’idée première d’un blog. Vous savez, ceux qu’on avait plus jeune. A l’image d’un journal intime, on racontait nos life, aussi inintéressant que cela pouvait être. Mais ça nous faisait plaisir, peu importe si les gens le lisaient ou pas. Je suis, comme tous les étés au travail, plutôt down niveau moral. Et ce petit week-end m’a fait du bien. Je vais donc vous en parler.

 

Il faut déjà que je vous présente mes fameuses grandes copines. Elodie est la définition de la gentillesse, mais si tu abuses trop, tu risques de le regretter. Disons qu’en tant que féministe et diplômée de droit, c’est le genre de fille qui a envie de se battre pour des valeurs. Et j’aime ça. Elle est belle, mais ne le sait pas.

Emilie aide les gens. Elle a un grand coeur mais ne se laisse pas faire non plus. Emilie et moi c’est avant tout des délires, depuis le lycée. On passait pour des folles/socialement bizarres mais on s’en fichait. On faisait n’importe quoi, riait pour rien et parfois cette période me manque.

 

Elles me manquent

 

Inutile de vous dire que ces deux bout de femme sont des perles. On ne se voit pas souvent, ayant déménagé, je ne vois en général pas beaucoup mes amis. J’évolue un peu à ma manière, j’ai modifié mon mode de vie et j’ai perdu l’habitude de faire des choses simples entre copines. Je suis en décalage avec mes collègues et je n’arrive pas à trouver de potes là ou je suis (mais ça va il y a le chéri). Le week end dernier était l’occasion de se retrouver chez Elodie, à Paris. Et ça avait un peu mal commencé #euphémisme #racontagedevienulle

 

 

Habitant à Lyon, me rendre à Paris c’est soit cher, soit long. Et comme j’avais prévu de faire un petit tour chez Ekyog (pas le choix, pas de boutique à Lyon), mon budget était limité. La solution : les bus. Je check les internet, je tombe sur Flixbus qui buzz sur Ouibus grâce à leur accroche « OUI au BUS pas cher ». Malin mais pas très cool pour Ouibus. Bref, c’est pas la boîte à mon père, les prix sont correctes. J’en ai pour six heures, mais ça me permettra de jouer à Pokémon tranquillement à base de tranquillade. Oui je joue à Pokémon, keskiya ?! Je pars donc vendredi après le taffe à 17h30. Je m’organise et à 15h30, soit deux heures avant le départ, je reçois un SMS m’informant du retard du bus… Je peux prendre celui d’avant en appelant. Ca m’arrange pas vraiment d’avancer le départ car… je taffe en fait et il me faut bien une heure pour rentrer chez moi et repartir. J’explique ça au call-center. Je demande donc à quelle heure arrive le bus finalement. Jamais. Ah oker ! Et le prochain est à 21h, ce qui me fait arriver vers trois heures du mat, merci mais non merci. Je râle pour qu’on me rembourse, faut que j’envoie un email, ça me fait chier mais j’ai pas le temps il faut que je trouve une solution là. Tout ça en étant au taffe, la joie.

Bon, et si je passais par Ouibus finalement, peut-être que j’aurai moins de souci. Je me précipite sur leur site, j’ai vraiment plus beaucoup de temps. Départ donc à 17h50 mais plus loin que prévu. Moment de payer, j’ai oublié ma carte dans la caisse. Au soleil. Bon bein, elle a pas aimé. Mais je garde espoir, elle est peut-être juste un peu gondolée, rien de grave. Je paye et dois confirmer avec un SMS. Pas de SMS. Je râle bis. J’appelle Ouibus en panique (en passant par un service payant hein sinon c’est pas marrant). Je réussis à payer, ça fait plaisir.

Je pars à toute vitesse, il est 16h15. Si je me dépêche j’arrive chez moi vers 17h et à la gare routière vers 17h45. Oui mais non. Accident sur l’autoroute. Et lorsque je prends la première sortie pour gagner du temps (mais je suis pas la seule petite maligne donc y’a des bouchons quand même), le trafic reprend et je regarde rouler les voitures à vive allure pendant que je râle bis bis. J’ai peur que ma carte passe pas, je galère avec les pièces pour le péage.

J’arrive chez moi, il est 17h20. Je me dis YOLO, j’y vais quand même, on verra. Dans le métro, je cherche une alternative et regarde les trains, et j’espère un retard du bus. J’ai finalement de la chance, le bus est en retard… De deux heures. J’ai mal à mon karma. J’ai finalement pris le train, à 19h. Niveau temps et argent perdus, je me pose là. Fin du moment scoumoune.

 

 

Mais ça va parce que j’ai vu mes copines. Je ne suis pas hyper expressive à mon grand désarroi. Mais je vous aime les filles et je suis admirative de vos parcours. Sachez-le. On s’est baladées, on s’est faites arnaquer, on a mangé, on a ri et surtout on a parlé. De nos vies, de nos projets, de nos amours et de nos déceptions. C’est simple et pour beaucoup de gens c’est banal mais ça fait du bien. Surtout quand on voit pas souvent ses amis et qu’on est plongée dans une routine peu plaisante. Je commence vraiment à me remettre en question. Mon travail ne m’épanoui pas et j’ai besoin d’autre chose. J’ai envie de me lever motivée, de travailler pour moi, d’avoir un vrai projet. Quand on entre dans la vie active, on ne nous dit pas ça. On nous dit qu’il faut faire des études, dans un domaine porteur, pour trouver du travail. C’est ce que j’ai fait, je l’ai bien fait. Mais ça ne me suffit pas. Qu’est-ce que j’envie les gens qui savent ce qu’il veulent faire et qui y arrivent. Mon projet consiste en un voyage mais ce n’est pas ce qui me fera vivre j’imagine… A un moment il faudra trouver un moyen de gagner de l’argent. Quelque chose qui ne me fera pas juste me lever et espérer que le temps passe vite. A l’heure actuelle j’en suis là. Je crois que je me cherche encore un peu.

 

Désolée, cet article n’est vraiment pas joyeux. Je me sens un peu bloquée par la situation et le fait d’en parler ici me permet de faire le point. Je ne sais pas de quoi l’avenir est fait alors j’essaie de garder le moral mais le fait d’en parler aux gens me fait aussi réaliser que je perds un peu mon temps. En lisant l’article de Manon Woodstock, je comprends que je ne suis pas la seule. Mais cela ne me rassure pas pour autant. Vivement que cette phase de dissipe et que je trouve ma voie. J’ai conscience que mon problème n’est pas si grave, je n’en fait pas tout un plat. Mais ça commence sérieusement à me travailler, il faut que j’extériorise. C’est le première article où je me dévoile un peu, je parle de mes proches, et ça fait bizarre, mais du bien… mais bizarre… mais du bien…  Ok j’arrête haha

Le prochain article sera moins larmoyant, je vous le promets. En attendant, je vous souhaite de réussir vos projets et surtout d’en avoir.

 

La bise_

 

 

Signature Affectueusement Votre

 

 

4 Comments

  • Reply yasmine D. 3 août 2017 at 21 h 29 min

    comme tu dis, un blog c’est fait aussi pour dire ses états d’âmes. Si ça te fait du bien, c’est le principal. Lire tes péripéties de bus, me fait penser à moi et ma poisse. Tu n’es pas la seule à se poser des questions, vouloir plein de choses ne t’inquiète pas. Tu es juste normale. Bises

    • Reply affectueusementvotre 3 août 2017 at 21 h 58 min

      Merci pour ton commentaire réconfortant ! C’est une accumulation et au bout d’un moment, y’a trop de questions, il faut se poser.

      Je crois que ce jour là je n’ai jamais autant pesté contre la terre entière haha

      • Reply yasmine D. 3 août 2017 at 22 h 00 min

        Je connais aussi. Je pourrais t’en raconter des anecdotes ☺️

        • Reply affectueusementvotre 3 août 2017 at 22 h 10 min

          Heureusement ça ne m’arrive pas souvent haha merci pour ton intervention 🙂

    Laisser un commentaire